Paris-Hong-Kong. Décidément, les chaînes hôtelières hong-kongaises partent à la conquête de Paris. Après le Shangri-La, Paris s’est doté, cet été, d’un nouveau palace : le Mandarin oriental. L’hôtel abrite un bar (le Bar 8), un restaurant gastronomique (le Sur mesure où officie Thierry Marx), un restaurant plus « classique » (le Camélia, toujours avec Thierry Marx aux commandes), un cake shop (a priori, les pâtisseries sont à tomber) et accessoirement… des chambres.

Le comeback des poules de luxe. Pour toi public, Laure et moi avons revêtu nos habits de lumière et sommes descendues au Mandarin oriental. Direction le Bar 8.

Entrée libre. Arrivée sur place : je déchante. La façade est vraiment banale (j'ai des goûts de luxe maintenant...). Devant l’hôtel, défilé de taxis, belles voitures et 3 personnes du staff de l’hôtel. L’entrée est grande et le fait qu’il n’y ait pas de porte tournante donne l’impression que tout un chacun peut entrer au Mandarin oriental comme dans un moulin. D’un autre côté, ça fait une barrière en moins à franchir pour les petites gens (dont je fais partie) qui n’osent pas pousser la porte.

50 mn inside. L’accueil est digne de celui d’un palace. Le personnel est courtois et souriant (ah, pour sûr, ça change des Parisiens dans le métro). La décoration tranche carrément avec celle des autres hôtels de luxe qu'on a pu visiter avec Laure. Résolument plus moderne. Un grand salon à l’accueil et une énorme baie vitrée qui dévoile un magnifique jardin intérieur.

Le Bar 8. Le cadre est atypique. Lumière tamisée, ambiance intimiste. Au centre, un bloc de marbre constitue le bar. Les murs sont en bois incrusté de cristaux Lalique. Le plafond : matériau non identifié…
On nous installe.
Premier bémol : la promiscuité avec les voisins. C’est l’automne indien (!) et la terrasse que nous lorgnons depuis notre arrivée semble nous appeler. Nous demandons au serveur si nous pouvons nous y installer. Deuxième bémol : il nous répond poliment que la terrasse est fermée. Bizarre par ce temps radieux… d’autant plus que nous verrons plus tard deux hommes y siroter leur cocktail, un cigare à la main (sans mentir !). Troisième bémol : le bruit. Laure et moi nous entendons à peine. La configuration fait de la salle une véritable caisse de résonance. On est à peine une trentaine de personnes et j’ai l’impression d’être dans un amphi rempli d’étudiants bavards.

Et les boissons dans tout ça ? Heureusement que les cocktails sont bons. Je prends un Paris-Bangkok, un cocktail sans alcool composé de coulis de framboise, d’ananas frais, de jus de citron, de sirop de passion et sirop d’épices à 19 € ; Laure, un(e) Mandarule, un cocktail alcoolisé à base d'estragon, jus de citron, fruit de la passion, gin et ginger beer à 24 €.
Les cocktails sont accompagnés de coupelles de noix de cajou aux sésames noir et blanc et d’olives noires. On boude. Y a pas photo avec le Shangri-La !

Et les wawas dans tout ça ? Nickel Miguel.

Prochaine étape, le Sur mesure ?

Mandarin oriental *****
251 rue Saint-Honoré
75001 Paris
Tél. : 01 70 98 78 88
M° : Tuileries (Ligne 1), Concorde (Lignes 1, 8 et 12), Opéra (Lignes 3, 7 et 8) et Madeleine (Lignes 8, 12 et 14)
www.mandarinoriental.com/paris

Mandarin_Oriental_Bar_8_Paris.jpgMandarin_Oriental_Bar_8_Paris__2_.jpgMandarin_Oriental_Bar_8_Paris__5_.jpgMandarin_Oriental_Bar_8_Paris__4_.jpgMandarin_Oriental_Bar_8_Paris__3_.jpgMandarin_Oriental_Bar_8_Paris__6_.jpgMandarin_Oriental_Bar_8_Paris__7_.jpgMandarin_Oriental_Bar_8_Paris__8_.jpg