La rapporteuse

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mange ta glace... Berthillon

Glace Berthillon Tout d'abord, toutes mes zexcuses pour le manque de mise à jour. Beaucoup d'entre vous... bon, d'accôreuh, deux copines... m'ont demandé ce que je foutais.
Eh bien, je profite les zamis !
Pour une fois qu'on n'a pas un été trop pourri (remember le tiercé gagnant 2007, 2008 et 2009). Mais bon, je fais ça pour la bonne cause. C'est pour mieux te rapporter, mon enfant.
La preuve, le week-end dernier, pour toi public, je me suis dévouée et je suis allée déguster une glace Berthillon...

Cause toujours, tu m'intéresses...

Restaurant : Les fils à Maman

Les Fils à maman restaurant C'est l'histoire de cinq potes trentenaires qui ont du mal à couper le cordon (bleu... OK, elle était facile celle-là !). Nostalgiques de l'époque où ils étaient gastronomes en culotte courte (copyright Kiri Kiri Kiriii), ils ont décidé de créer ensemble un restaurant qui rend hommage aux bons petits plats que concoctaient leurs mômans.
Ca faisait un petit bout de temps que Les fils à Maman figurait sur ma To Do List. Puis un jour, je tombe sur cette pub de BNP Paribas qui communique sur le financement de projet : une accroche, en-dessous une photo en couleur de six personnes attablées et sous la photo, les portraits en noir et blanc, nom et fonction de ces figurants.

Cause toujours, tu m'intéresses...

Le concert de cuisine

Le concert de cuisineComme son nom ne l'indique pas, il s'agit d'un restaurant japonais.
Depuis que ma moitié m'a abonnée au Elle, chaque semaine, je ne rate jamais le petit encadré de Marie Zotto (un pseudonyme, j'espère) dans la rubrique Vieprivéecuisine. Elle y parle toujours de petits restos qui ont l'air bien sympatoches. Son article sur Le Concert de Cuisine m'ayant donné l'eau à la bouche, je fais quelques recherches sur la toile et apprends que Chichi et Bernadette ont été parmi les premiers clients à fouler le sol de ce resto et que le chef, Naoto Masumoto, officiait dans les cuisines du Benkay, un restaurant gastronomique japonais situé dans le XVe (auquel les Chirac étaient également abonnés).

Cause toujours, tu m'intéresses...

Le jour où j'ai imité le morse avec Sophie T...

A qui il est ce sourire ? Mi-février, je reçois un mail du genre copier-coller-envoi-groupé d'une agence de RP qui m'invite à tester une brosse à dent électrique de compet ("cette brosse vous sera, bien entendu, offerte") lors d'une soirée spécial blogueurs en présence de...

Cause toujours, tu m'intéresses...

Vis ma vie... de blogueuse

pubf.png Une agence de relations presse (aka agence RP) m'a récemment conviée à une soirée spécial blogueurs. C'est le début de la gloire... ou pas.

Cause toujours, tu m'intéresses...

Restaurant japonais : AKI

Aki restaurant okonomiyakiAKI, c'est un restaurant japonais dont la spécialité est l'OkonomiyAKI !
Gné ?

L'okonomiyaki (okonomi signifie : ce que vous voulez et yaki : grillé, source Wikipédia) est une omelette japonaise à base - généralement - de farine de sarrasin et de chou chinois. Comme son nom l'indique, on y met ce qu'on veut : du poulpe, du porc, de la crevette, du kimchi (légumes fermentés et épicés d'origine coréenne)...

Cause toujours, tu m'intéresses...

Restaurant : Breakfast in America

Breakfast in AmericaSi je te dis burger, tu penses Mcdo... bon, à la rigueur, Quick.
Et pour les plus nostalgiques, Burger King (une minute de silence pour le Double Whooper).
Après avoir lu ce post, crois-moi, tu penseras BIA (prononce Bi-aïe-haie).

Lorsque je suis allée à NY (n'est-ce pas très cher/chère), l'année dernière, une collègue m'avait donné l'adresse du meilleur burger de New York : un petit resto planqué dans un grand hôtel. À mon retour, je me suis demandé s'il existait un vrai diner américain où déguster un bon burger à Paris. C'était sans compter sur ma copine Laure et mon frère, version j'me-la-pète : "Quoi, tu ne connais pas Breakfast in America ?!?".

Cause toujours, tu m'intéresses...

Restaurant japonais : Guilo Guilo

Guilo Guilo Cela faisait plus d'un an que Guilo Guilo figurait sur ma To Do List. Maintenant que c'est fait, ce n'est pas sans émotion que je le raye... car purée, il faut en vouloir pour y aller.
Récit.
Tout d'abord, il y a la barrière financière : un menu unique à 45 euros... C'est pas donné-donné. Alors, à prix exceptionnel, événement exceptionnel : "Hey darling, tu réalises que dans 6 mois 3/4 - celui qui a dit "quand on aime, on ne compte pas" a tort -, on fêtera nos 2 ans". Darling convaincu, motif trouvé ! Suivant ?

Cause toujours, tu m'intéresses...